JO - SION 2026

24 avril 2018

Comment peut-on être contre les JO ?...

Cette question me taraude et bien que faisant des efforts, parfois au-delà du raisonnable, je n’arrive pas à...

ce niveau d’empathie pour pouvoir comprendre « certains milieux d’opposants » et le vide quasi sidéral qu’ils véhiculent, en eux, pour être ainsi autant dépourvus de tout enthousiasme et ambition. Sans défi, la Vie me paraîtrait bien terne.

Néanmoins, je dois reconnaître que l’argument principal qu’ils mettent en avant ; les coûts élevés qu’engendre un tel événement, peuvent, au vu de ce qui s’est passé dans certains cas, être une source de préoccupation.

Je me suis donc imposé cette réflexion, ce qui, appelle, dans mon esprit cartésien, de suite, d’autres interrogations. Tout d’abord, nous sommes-nous posés la question si ces coûts ou autrement dit : le non-respect du budget initial des Jeux était important pour ses organisateurs ?

Le dépassement de plus de 300 % du budget des JO de Sotchi en 2014 revient souvent comme argumentaire. Mais, pensez-vous que pour le Président Poutine le contrôle des coûts était l’un de ses soucis principaux dans l’organisation des Jeux Olympiques ?

La Russie (2014) et la Chine (2008), entre autres, avaient, par l’intermédiaire de l’organisation de Jeux pharaoniques, d’autres intérêts, comme notamment, celui de montrer au monde entier leur puissance. A moindre échelle, Turin et surtout l’empire « Fiat – Agnelli » organisent les JO de 2006 pour élever leur ville, essentiellement industrielle, au rang de région touristique ; phantasme de milliardaire !

Rien n’est trop beau, rien n’est trop grand pour ce genre de démonstration et d’ambition, au-delà de la mesure !

Lillehammer (1994), la Norvège organise les JO d’hiver. Que retenez-vous de ces JO ? Avez-vous le souvenir de problèmes colossaux survenus suite à un budget démesuré ? Comparons donc ce qui peut l’être, et ne mélangeons pas tout, avec d’un côté, les ambitions d’un besoin de démonstration de puissance et, de l’autre, l’organisation de JO que l’on veut pour le Valais et pour la Suisse. Ce n’est pas vraiment notre style la démesure, le m’as-tu-vu.

Autres exemples de dépassement de coûts qui peuvent laisser, eux, de bonnes surprises, à l’instar du métro de Montréal construit pour l’occasion des JO d'été. Métro toujours en fonction et qui n’aurait peut-être jamais vu le jour sans l’organisation des Jeux. Quel Montréalais se plaint, aujourd’hui, du dépassement du budget des JO de 1976, notamment, dû à cause de la réalisation de son métro ? A ce titre, mais dans un autre registre, nous pouvons citer l’expo universelle de 1900 qui donna à Paris, rien moins, que la tour Eiffel. Tour, qui avait plus que largement dépassé les budgets prévisionnels, et ainsi, contribué à la ruine de M. Gustave Eiffel, tout autant qu’à sa plus grande notoriété ; paradoxe de l’Histoire !

Les JO, eux aussi, écrivent l’Histoire d’un athlète, d’une ville, d’une nation.

Je tente ici de vous rendre attentifs, afin que, vous restiez critiques envers ce que l’on veut bien nous laisser croire. Sotchi découlait clairement d’une volonté étatique de briller et de montrer au monde la puissance de la nation russe. Pour ce faire, il aura fallu construire une station d’hiver de A jusqu’à Z au milieu de nulle part, ce qui implique, non seulement, des voies d’accès comme rails et autoroutes, mais habitations, hôtels, hôpital, etc… en plus de toutes les infrastructures sportives qui étaient quasiment inexistantes. Cinquante milliards pour ce faire me paraissent dès-lors pas si extravagants.

Combien avons-nous déjà investi, en Valais et dans les régions concernées par les Jeux de 2026, pour nos infrastructures touristiques ou sportives ? Des centaines de milliards, bien plus qu’à Sotchi. Toutes nos infrastructures sont existantes et l’effort financier pour les construire a déjà été consenti sur plusieurs décennies maintenant. Certes, nous devons toujours les améliorer, JO ou pas. Alors du moment, qu’elles sont existantes et payées, pourquoi ne pas les utiliser pour un grand événement ?

Une chose est sûre, nous n’avons plus besoin de créer une voie ferroviaire pour les JO, une autoroute, un hôpital, un tout nouveau stade, une piste de bob ou que sais-je encore ? Dans la candidature Sion 2026, seul des infrastructures déjà existantes ont été privilégiées. C’est pourquoi, il n’y aura pas de dépassement du budget et ce n’est pas ce que retiendra le monde entier de nos Jeux.

A l’instar de Lillehammer, le monde retiendra nos paysages fantastiques, notre engouement et notre ferveur de fins connaisseurs des compétitions alpines. Images dont nous avons impérativement besoin pour notre tourisme de demain, mais ceci est une autre histoire…

Bien amicalement

Michel

5 commentaires

  • Posté par : Michel C. Date : 09/04/2018 - 17:12

    C'est votre point de vue et je vous remercie de nous le faire partager. Je vois que vous faites partie des personnes que je n'arriverai pas à convaincre, mais vous êtes le bienvenu sur notre blog. Merci toutefois de ne pas systématiquement sur-interpréter mes propos. Il ne me semble pas que j'ai manqué de respect à M. Bender que je ne connais pas au demeurant. Simplement, j'ai l'habitude de gérer les risques dans ma vie aussi bien professionnellement que dans mes loisirs, et il me semble que la maîtrise de ceux-ci est un challenge intéressant et enrichissant à tous les niveaux. Les dépenses liées aux JO de Sion 2026 sont donc, à mon sens et au regard des infrastructures déjà existantes, tout à fait dans nos cordes.

  • Posté par : Michel Date : 09/04/2018 - 14:49

    J'essaie de me mettre à votre niveau, très cher homonyme, et du vide sidéral dont vous faites allusion.
    Pour ce qui est de l'article de M. Bender j'en ai le plus grand respect et je rajouterai que la quadruple sécurité demandée pour ne pas sombrer dans le gouffre abyssal de la dette que ces jo nous promettent n'est pas encore assez.

  • Posté par : Michel Date : 09/04/2018 - 08:42

    Ne soyez pas désobligeant mon cher homonyme... le jugement hâtif sur mes capacités ne rime à rien et ne fait pas avancer le débat, qui va bien au-delà de ma petite personne. Pour votre gouverne, j'ai lu le texte ci-joint écrit par M. Bender, j'avais déjà lu son article du 26 mars sur le sujet où il se disait pour les JO, mais avec quadruple sécurité... et j'ai participé à deux séances d'information, celle de Saxon et celle du Châble données par M. Favre. Bien évidemment ceci ne m'arroge pas le droit d'avoir raison, mais je suis d'un naturel positif et entreprenant, je suis donc pour ces JO.

  • Posté par : Michel Date : 09/04/2018 - 07:44

    Je comprends bien que vous fassiez des efforts au dela du raisonnable par rapport à vos capacités Michel, mais sachez que participer à une séance d'information du comité de candidature vous donnera des arguments pour être contre ces jeux olympiques.
    Et si vous ne pouviez y participer, lisez ce résumé très bien fait.
    http://entremont-autrement.blogspot.ch/2018/04/jo-2026-quelques-ombres-au-tableau.html

  • Posté par : Michel Date : 06/04/2018 - 13:43

    PS à ce petit message, je n'ai volontairement pas assommé le lecteur de chiffres sur les JO, mais essayé d'attirer son attention sur les diverses motivations de ses organisateurs, qui peuvent être divergentes les une des autres. Dès lors, il devient assez difficile de comparer leur budget... Bonne lecture à tous

Laisser un commentaire

*Champs obligatoires.

Articles populaires