Vice-présidence - le mot du président !

27 octobre 2016

 

« A Orsières, le PLR attaque le PDC » titrait le Nouvelliste du 19 octobre dernier !

Je laisserai cette interprétation réductrice sur le fonctionnement politique de notre commune, aux journalistes, car nous savons que le PDC, en détenant la majorité absolue à Orsières, est le faiseur de Rois. Le choix de « ses électeurs et électrices » s’en trouvera, donc, être déterminant.
Notre revendication à la vice-présidence, n’est, dès lors, pas sujet à attaque, mais bel et bien dans le but d’apporter une plus-value pour notre commune.

Plus-value que je définirais comme suit :
En premier lieu par la personnalité de Pascal et par ses compétences reconnues, comme celles, par exemple ;
- de ne pas avoir peur de prendre des décisions, ceci paraît banal, mais la plupart des blocages au niveau décisionnel proviennent du fait que les dirigeants n’osent plus prendre de décisions !
La capacité à décider ou à discerner sont des traits de caractère rares de nos jours, mais Pascal a la chance de les posséder.
- ou de traiter les dossiers sur le fond et à fond, tout en faisant le nécessaire pour les amener à bien. Il en ressort, de sa personnalité, une certaine pugnacité, qualité indispensable en politique pour aboutir à des solutions plutôt que de se retrouver dans l’impasse !

Deuxièmement, Pascal pourrait aussi, s’il était élu, apporter son expérience à notre nouveau Président Joachim Rausis. Car même si Joachim connaît bien les rouages de la commune, de par ses anciennes fonctions, la posture de Président requiert de se positionner au-dessus de la mêlée.
Ainsi, de pouvoir compter sur un vice-président, pas nécessairement issu du même sérail politique, ayant une lecture et approche différentes des dossiers, devrait, à mon sens, l’aider à avoir une vision plus large, plus présidentielle.

Vous l’aurez compris, nous ne vous proposons pas simplement une alternative politique entre PLR et PDC, mais un ticket, « Joachim – Pascal » ; ticket complémentaire et basé sur une saine différence idéologique et générationnelle aussi, pour le profit du plus grand nombre.
Ceux qui n’y voient qu’une bagarre ressurgissant de vieilles rivalités entre PDC et Radicaux n’ont pas compris notre démarche.

Moins-value, car il y en a une, et il faut la relever. Nous vous offrons un ticket, comme j’aime à le rappeler, « homme - homme » au détriment d’une candidature féminine du côté PDC.
Effectivement, il n’est pas très élégant de notre part, et je m’en excuse auprès des dames, de devoir nous opposer à une femme. Mais il ne faut pas occulter, non plus, le fait que nous vous avons proposé pour le remplacement de nos deux élues sortantes, deux femmes, formant ainsi un trio majoritairement féminin.

Je tiens aussi à féliciter, Sylvie Rausis, la candidate de la majorité, car même lorsque l’on part favori, une élection reste un défi avec tous les doutes et incertitudes que celle-ci véhicule avant le verdict final.
Je souhaite, de tout coeur, que tous, nous restions dignes et respectueux des deux candidats à la vice-présidence de notre belle commune.

Pour terminer, chère population d’Orsières, vous devrez le 13 novembre prochain vous déterminer entre deux candidats charismatiques, mais avec des personnalités, des compétences et des approches différentes. Il est évident que Pascal revêt, à mes yeux, le profil idéal pour valoriser et dynamiser cette fonction de vice-président, mieux que si elle devait être simplement redistribuée au sein de la majorité, qui détient déjà la présidence et sept sièges sur onze au conseil.
Ce ne sera toutefois pas mon avis qui comptera, mais bien évidemment le vôtre.
C’est pourquoi, j’invite les électeurs et électrices, de tous bords, capables de se placer au-dessus des clivages politiques, à ce stade des élections, de porter Pascal sur leur bulletin de vote, afin qu’il puisse apporter véritablement une plus-value à cette fonction de vice-président de la commune.

Bien amicalement
Michel Cretton

Laisser un commentaire

*Champs obligatoires.

Articles populaires