PLR – PDC, BLANC BONNET POUR BONNET BLANC

26 juillet 2016

PLR – PDC, BLANC BONNET POUR BONNET BLANC ? (2ème Partie - 2/4)
Interview de notre Président (Michel Cretton)

GG : Il y a donc, selon ton analyse, un risque de débordement dans notre commune !

MC : Oui, et c’est inévitable, lorsque vous avez la majorité absolue. Ou, tout du moins, le doute reste toujours permis lorsque vous prenez vos décisions à 7 contre 4.

Mais ne soyons pas mesquins, ceci n’est pas l’apanage d’un parti en particulier. Les radicaux vaudois, après 100 ans de gouvernance et suite à des dérapages, ont perdu la majorité. Ceci est malheureusement un facteur humain ; quand il n’y a pas assez de garde-fous, certains, souvent une minorité dans la majorité, il faut le rappeler, se permettent de franchir la ligne rouge.

Ceci est la différence entre le parti majoritaire d’Orsières et nous. Si idéologiquement nous sommes assez proches de l’une des franches du PDC, Le PLR doit jouer son rôle de garde-fous, afin d’assurer le respect des règles de notre système démocratique.
C’est clairement notre première mission en tant que minoritaire par rapport à un parti possédant la majorité absolue.

GG : Que préconises-tu pour qu’il n’y ait pas de débordements par exemple lors de nominations ?

MC : Tout d’abord, je vais demander à nos conseillers d’être beaucoup plus pointilleux et vigilants sur cette question.
D’autre part, je vous rappelle qu’une institution publique doit assurer une égalité de traitement pour tous ses citoyens, et nous allons demander à la commune d’instaurer un système qui assure une égalité de traitement et des chances pour tous.
Par exemple, cela pourrait être une commission, composée de 3 ou 4 conseillers de partis différents, qui statuerait sur les candidatures. Avec uniquement le 33 % ou 25 %, selon le cas de figure, de représentativité pour chaque parti, aucun n’aurait assez de poids pour faire passer son candidat. Dès lors, cette commission n’aurait d’autre choix que de se rabattre sur la meilleure candidature pour se mettre d’accord.
(Ndlr : Actuellement cette commission est composée de 3 majoritaires et 1 minoritaire)

GG : Mais du coup, avec ta proposition, les minoritaires deviendraient largement majoritaires et nous nous retrouverions dans le cas inverse.

MC : Oui et non, car la décision finale appartient toujours au conseil communal qui doit l’entériner, et, s’il est manifeste que les minoritaires se sont rendus coupables d’ententes, je te rappelle que c’est pénal, alors le conseil, à majorité PDC, peut toujours leur retourner la copie, voire les dénoncer si le cas était crasse.
Enfin, l’idée est de mettre en place une procédure transparente, qui ne laisse pas place au doute ou à la suspicion. Je ne dis pas que ma solution est la meilleure et qu’il faut la prendre telle quelle. Mais actuellement avec 3 majoritaires sur 4 personnes au sein de cette commission, la procédure repose uniquement sur l’intégrité de ses membres ; est-ce suffisant pour assurer 100 % d’impartialité ?
Je pense que cela mérite réflexion.

GG : Tu évoquais aussi les sociétés affiliées, qu’entends-tu par-là ?

MC : Les sociétés dans lesquelles les communes sont les actionnaires majoritaires, comme par exemple, pour notre commune : Dransernergie.
Dans ce cas de figure, les communes, en tant que propriétaires d’une entreprise, se doivent de donner l’exemplarité et demander à la Direction qu’elle adhère à certains préceptes moraux. (Ce qui n’est pas une obligation dans le privé). Et ceci passe par une représentativité « équilibrée des forces politiques » au sein du conseil d’administration.

Le CA (conseil d’administration) est chargé de donner les lignes directrices, « du propriétaire actionnaire », à la Direction de l’entreprise. Il est donc important que les représentants communaux au CA puissent faire leur travail de garants de l’intérêt public en toute efficacité et indépendance. Dès lors, une certaine mixité de la représentation des partis au CA est souhaitable pour ne pas dire indispensable pour atteindre cet objectif.

GG : Oui, je l’ai du reste relevé dans un de mes commentaires sur ce blog. Mais, ceci s’applique, même si c’est une SA (société anonyme), donc à priori du ressort privé ? 

Fin de la 2ème partie, suite à venir…

La Commune doit moderniser ses procédures et entrer dans le 21ème siècle

4 commentaires

  • Posté par : Michel Date : 28/07/2016 - 13:54

    Non aucune, cher GL, soyez-en rassuré. Mais comme nous vivons tous dans le même petit village et que nous nous côtoyons régulièrement, un peu de savoir-vivre ne fait pas de mal non plus. On peut dire des choses que l'on juge importante, sans nécessairement devoir être agressif envers tel ou tel. Il y aura aussi une vie après le 16 octobre...

  • Posté par : GL Date : 28/07/2016 - 10:07

    Y-a-t-il eu des réactions du côté du parti majoritaire pour publier cette précision ?

  • Posté par : Michel Date : 27/07/2016 - 08:08

    Je tiens à préciser qu'il ne s'agit pas, ici, de juger ou blesser des personnes en place, qui au demeurant peuvent être tout à fait compétentes. Mais de porter des pistes d'amélioration sur la gouvernance pour une meilleure transparence et ouverture de nos structures publiques et semi-publiques.

  • Posté par : JL Date : 26/07/2016 - 14:26

    Effectivement il y a passablement de méli-mélo à Dransenergie. Avec plusieurs Conseillers et même un Président de Commune employés de l'entreprise, entreprise qu'ils devraient tous être sensés chapoter ! Un Directeur général, Président du parti majoritaire... Qui tient qui par la barbichette ???
    Sans parler du CA largement à la couleur "Orangée". C'est assez symptomatique.

Laisser un commentaire

*Champs obligatoires.

Articles populaires